[Foot-L2] L’AJA titube encore…

Défaite ce vendredi aux Costières face au Nîmes Olympique (2-1), l’AJ Auxerre ne parvient toujours pas à enchaîner en 2016. Une fâcheuse tendance qui relègue les Icaunais à désormais sept points du podium…
auxerre-nimes-archives

(AJA-Nîmes, archives 2014-2015)

Vendredi soir aux Costières, aux alentours de vingt-deux heures, les supporteurs des Crocos peuvent enfin exulter. Leurs gladiateurs bouclent le mois de janvier avec une quatrième victoire de rang. Après Brest, Clermont-Ferrand et Nancy, c’est Auxerre qui s’est retrouvé pris au piège tendu par les Gardois. À peine surprenant si l’on tient compte de la dynamique actuelle de chacune des deux formations. D’une part, des Nîmois restant sur trois succès auréolés d’un festival offensif (12 buts), et d’autre part, une AJ Auxerre apathique qui n’a toujours pas digéré la débâcle de son déplacement à Laval il y a deux semaines (4-1). Pas de doute, Nîmes allait concrétiser l’exploit. Quel exploit ? Celui de gagner…et surtout de ne plus figurer parmi la liste des relégables malgré un handicap de huit points au 31 juillet 2015, date du coup d’envoi de la saison. Derrière eux aujourd’hui, Sochaux, Créteil et le Paris FC. Les hommes de Bernard Blaquart ont fait le plus « gros » du chemin. Devant la plus belle affluence de la saison (9.231 spectateurs), les Nîmois ont achevé mathématiquement leur belle remontada. Un pied-de-nez fait aux instances dirigeantes du football hexagonal, à confirmer lors des quinze prochaines journées…

Un bref éclair, une publicité qui tourne en boucle depuis bientôt quatre ans et la descente au purgatoire de la « D2 ».

Côté Ajaïste, on envie bien évidemment cette belle série de quatre succès tant on peine à en enchaîner ne serait-ce que deux cette saison. Pour la passe de trois, il faut remonter à 2013…une éternité. Malgré les aveux de Zacharie Boucher récemment formulés dans les colonnes de L’Yonne Républicaine ainsi que l’énième réaction d’orgueil face au Tours FC (2-1, 22ème journée), les promesses de l’été ne semblent plus être que des  mirages. Sehrou Guirassy, la recrue hivernale, ranimait pourtant la flamme face aux Tourangeaux il y a une semaine… Un bref éclair, une publicité qui tourne en boucle depuis bientôt quatre ans et la descente au purgatoire de la « D2 ».  Et si l’AJA venait encore à s’imposer face au leader nancéien le 12 février prochain ? Les supporteurs auxerrois se sentiraient presque honteux de croire à nouveau au Graal. Comme trop souvent bernés par l’irrégularité des leurs. Des succès de prestige sans lendemain. Rigoureux à Metz en novembre (0-1), flamboyants face à Dijon l’an passé (3-0). Et soudain, le vide.

nimes-auxerre-score-lfp-youtube

N.O success…(Capture YT)

Vendredi, pour le compte de la 23ème journée de championnat, on a de nouveau voulu croire que l’AJA n’était pas un club de Ligue 2. Que finalement, Giuseppe Meazza n’était pas si loin des Costières…La trentaine d’Auxerrois présents en parcage y a sans doute cru, elle aussi. Jusqu’au quart d’heure de jeu et le coup de boule de Renaud Ripart, complètement esseulé au milieu de cinq blancs (1-0). Il y a 23 ans, l’avant nîmois voyait le jour et Auxerre voyait Dortmund, les portes d’une finale de C3, les étoiles. Bref, c’était en 1993. Passons. Retour en 2016, retour sur Terre. À 21 heures 15 en ce vendredi 29 janvier, Zacharie Boucher nous rappelle la triste réalité, en oubliant qu’il était le dernier rempart de son équipe. Sa sortie ratée est une offrande pour Anthony Koura (encore un gamin de 93..) qui ajuste astucieusement son tir pour signer sa cinquième réalisation en autant de matchs. Comme une photographie de la partie, Cédric Hountondji saute à peine pour empêcher le cuir qui le survole d’entrer au fond des filets. Le pas lourd, le regard hagard. 2-0. Vannuchi, ex-Croco, encaisse.

Dans une défense qui tergiverse, les locaux passent ensuite tout près du 3-0. Ils inscriront finalement leur troisième but de la rencontre à la 77ème minute, par l’intermédiaire de Jérémy Cordoval. Malheureux, le défenseur nîmois trompe son propre gardien après un rush du rentrant Adama Ba (2-1). Plus rien ne sera ensuite marqué, mises à part les expressions de dépit sur les visages auxerrois. La suite arrive dès mercredi face à l’ETG (16ème), un bateau ivre qui avait pourtant fait s’écrouler l’AJA le 11 septembre dernier (4-0). Il faudra cette fois-ci un succès aux Bourguignons s’ils ne veulent pas voir leur avance fondre au profit des Savoyards…et des autres. Le chemin de croix continue.

Conférence de presse Nîmes Olympique – AJ Auxerre via Youtube – Ligue 2 (Officiel)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s